Profs heureux | un-seul-temoignage
16825
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-16825,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1200,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Vous avez croisé la route d’un prof heureux ?

Le regard de Socrate

Au décès de ma mère, je deviens orphelin et je suis mis en pension. Mon exil durera 9 ans, 9 longues années. Les deux premières seront les plus douloureuses! Misère affective et misère scolaire se confondent. Avant d'arriver dans mon nouveau collège j'étais en effet dernier de ma classe de 6ème avec 3,5 de moyenne! La HONTE pour ma Famille! Pour moi le DESESPOIR! Le prof qui est en face de moi dans cette nouvelle 6ème s'appelle Albert. Je ne sais pas encore que ce prêtre en soutane va bouleverser ma vie! C'est le premier enseignant qui va relever des points positifs dans mon travail ! C'est le premier qui me regarde et me VOIT, le premier qui sans me juger m'ENCOURAGE! Ma méfiance s'envole et je reprends petit à petit confiance en moi. J'écoute, j'étudie, je m'applique, je participe, j'ose, tant et si bien que mes progrès deviennent fulgurants! Ma famille finit par y croire et je suis reconnu. Mes nouveaux camarades m'acceptent enfin et m'octroient le statut de copain sympa. Je finis par oublier les moqueries permanentes de ma précédente classe! J'EXISTE Dès ce moment là, j'ai pensé que ce métier d'enseignant était vraiment beau puisqu'il permettait à un enfant de sortir enfin de l'anonymat, d'avoir une place d'élève, une identité propre, de réussir et d'être heureux... J'ai suivi le magnifique Chemin d'Albert et je suis devenu à mon tour professeur de Lettres-Histoire auprès d'élèves de 13 à 20 ans et plus, "dits" en difficulté. J'ai emprunté à mon pédagogue préféré des méthodes de travail motivantes, des postures d'accueil, d'écoute, des stratégies d'apprentissages innovantes et efficaces. Comme lui je me suis appliqué à VOIR dans chaque Jeune la personne avant l'élève, à éviter de juger et surtout à ne jamais désespérer ! Je souhaite à tous les Jeunes et aux futurs éducateurs et enseignants de rencontrer dans leur parcours un autre clone de Socrate, de VOIR ceux qui les entourent, d'être les Passeurs d'espérance dont notre monde à tant besoin! Comme Albert, ne baissez jamais les bras et comme le disait si bien un de mes Anciens, n'oubliez pas que "Chaque souffle est un pas en avant"!


Jacques, 69 ans, Lautrec